Au pays des sobriquets, « mes Peuls » sont rois

Tous les moyens sont bons pour charrier ces chers Sanakou.
En Guinée, il est habituel de voir les ressortissants de chaque région entreprendre des initiatives remarquables dans leur village d’origine dès qu’ils acquièrent une certaine aisance financière. Les Peuls du Fouta Djallon sont très coutumiers de ce fait, ils rivalisent en construction d’infrastructures publiques, de centres de santé, d’écoles ou clôturent tout leur patelin avec des barbelés. Ces marques de générosité dont chaque donateur s’enorgueillit fièrement s’accompagnent d’un épiphénomène qui leur colle au nom, comme un pseudonyme, une espèce de signature indélébile de l’acte social posé, diront certains.

A la suite de ces réalisations et en réponse aux questions qui fusent de certains curieux, comme :

– Qui a fait cette œuvre ?

– Ko Baldé ! (C’est Baldé, en peul) répondront ceux qui savent ! (Vous pouvez remplacer le Baldé par n’importe quel autre nom de famille)

– Baldé, hombô ? (Lequel des Baldé) ?

Immeuble Baldé-Zaire à Sandervalia - Conakry

Immeuble Baldé-Zaire à Sandervalia – Conakry

Baldé Zaïre, par exemple, un richissime homme d’affaires peul qui avait fait fortune dans l’ex-Zaïre, avait acquis ce sobriquet pour avoir souvent inondé gratuitement son village de riz et d’huile de cuisine à la veille du mois de ramadan !

Au fil du temps, l’usage en a fait pratiquement une mini tradition dont la pratique révèle la drôlerie de l’association, des noms et de l’anecdote, qui en est l’origine. Un florilège de noms composés les uns plus insolites que les autres s’engouffrent dans ce jeu, donnant ainsi lieu au plus risible championnat de sobriquets qui puisse exister. Des opérateurs économiques, en passant par des leaders d’opinion jusqu’aux citoyens lambdas, chacun y trouve son compte.

La marque des opérateurs économiques :

Diallo-Cravate

Diallo-Cravate

Le célèbre Diallo-Cravate, un ex- milliardaire spolié de ces biens dans un litige avec l’Etat du Congo, qui arpente généralement la 6e avenue du quartier des affaires qu’il pleuve, qu’il vente ou sous un soleil de plomb, toujours tiré à quatre épingles, doit son pseudonyme à son goût pour la cravate qu’il arbore chaque fois qu’on le croise. Le tonitruant Ousmane Sans Loi, du fait de son audace et de son grand je-m’en-foutisme face au risque dans les affaires qui sont à l’origine de sa fortune, s’est vu ainsi attribuer le sien et le porte comme un trophée, symbole de sa réussite. Plusieurs opérateurs économiques et non des moindres, s’ajoutent à cette longue liste comme : Barry Angola, un richissime homme d’affaires évoluant à Luanda, Bobo Hong-Kong dont les affaires prospèrent dans le pays du soleil levant, Aladji Bah Dubai, qui a su saisir une affaire opportune dans un pays du Golfe, des pétrodollars, Barry Anvers, un fortuné résident guinéen du Plat-pays, Alhadji Mbulu, Oury Bireedi, Boubacar Bonbonre, etc.

A l’origine, un fait particulier :

La palme des pseudonymes par anecdote revient à Abdoulaye-Breveté, lire Bérévété, un artiste musicien, qui aurait buté un grand nombre de fois contre le brevet du collège, 10 diront ces pourfendeurs. Un client certain pour le Guiness des records, mais il faudrait qu’il parcoure cet article. Une célèbre bière, à son tour, est venue s’ajouter à cette mode en affublant son promoteur en Guinée du nom de sa marque : Barry Becks. Il hérita logiquement de ce pseudo suite à son activité très dense de représentation en sponsoring et probablement de la présence du logo de la marque sur son véhicule de fonction.

Les politiques aussi… 

Si ces pseudo patronymes ont fait fortune, c’est le cas de le dire ! – pour certains, pourquoi pas nous, semblent se dire les politiques, à leur tour. Le plus célèbre d’entre eux, Cellou Diallo porte celui de son village, Dalein. Egalement, Ousmane Diallo, député uninominal n’est reconnu que par Gaoual d’où il est originaire, pour ne citer que ces deux exemples. Mais bien avant, une autre grande figure politique portait le même type de nom composé, il s’agit du regretté leader de l’UNR, Bah Mamadou Banque mondiale.

Cette mode aurait forcément donné des compositions très cocasses ailleurs si jamais c’était le cas dans toutes les régions de la Guinée. On aurait ri à se décocher la mâchoire devant un Alpha Baro pour Alpha Condé, Sydia Boké pour Sydia Touré ou Papa Koly N’Zérékoré pour Papa Koly Kourouma. Par contre, un d’entre eux, qui est actuellement sur la sellette, semble faire exception et porte le nom de son village comme surnom, Damaro.

Et vous, à qui attribuerez-vous la palme du nom composé le plus réussi ?