Exciseuses : bourreaux et inévitables alliées

Maillon non négligeable dans la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF), les exciseuses passent pour les parents pauvres d’un mécanisme qui a tout intérêt à faire corps avec elles. Prendre en compte ces femmes (principales exécutantes des mutilations), que certaines traditions élèvent au statut de préceptrices, est important si l’on veut lutter efficacement contre le phénomène de l’excision. Bien qu’elles apparaissent comme les bourreaux de la situation, il faut comprendre le poids de la pression sociale qui les pousse à perpétrer cette tragédie dont elles dépendent économiquement, car c’est leur unique source de revenu. Dans les régions qui enregistrent les meilleurs résultats pour la lutte contre les MGF, l’impact de l’adhésion des femmes dans ce combat est si considérable qu’il est utile de le noter.

Dépôt de couteaux : acte symbolique ou imposture ?

L’effet médiatique d’une cérémonie d’abandon de couteaux d’excision est fort et sans équivoque. Il confère aux ONG un maximum de sympathie et prouve que leur lutte sur le terrain n’est pas vaine, la communication qui est faite sur le sujet fonctionne également bien.

Les subventions sont un point essentiel dans le processus de lutte contre l’excision, sans cela on pourrait craindre que les exciseuses n’abandonnent pas leur pratique rémunératrice. En général, l’afflux de subventions qui suit une cérémonie d’abandon des couteaux est considérable. Derrière toute cette belle mise en scène se jouent donc deux avenirs qui sont liés, celui du combat contre une atrocité faite aux femmes et celui d’une communauté de vieilles dames qui attend tout de la promesse de réinsertion qui leur a été faite en contrepartie de l’abandon de leur seul et unique métier.

Couteau d'excision des exciseuses

Couteau d’excision des exciseuses – excision – MGF (crédit photo : Solo Niaré)

Le chemin a été long pour arriver à un compromis avec ces femmes exciseuses. Considérées comme des prêtresses dans leur communauté, l’importance de leur rôle social est considérable, elles ont une place à part, privilégiée, au-dessus de tout le monde. On leur attribue des pouvoirs particuliers, elles apparaissent comme détentrices de pouvoirs de guérisseuses.

A Bossou, en zone forestière de Guinée, une sage-femme, Marie Claire Doré  a eu l’idée de montrer des exemples de l’impact négatif des mutilations génitales féminines sur la santé des femmes afin de les dissuader de telles pratiques. Elle a démontré la relation de cause à effet avec les pathologies diagnostiquées sur les femmes à qui elle s’adressait, qui souffraient de complications sévères lors de leur accouchement (par exemple des fistules dues aux cicatrices vicieuses, liées à l’excision).

Grâce au concours de l’ONG qu’elle a monté à cette occasion en 1996 (l’ONG « Union des volontaires pour le développement intégré de Zantompiézo » ou UVODIZ), une conversion dans diverses activités porteuses de revenus a été mise en place pour les femmes exciseuses. Elles sont alors passées de l’excision à la confection de sac en raphia, à la pisciculture, à la riziculture et à l’élevage dans des fermes montées spécialement pour leur réinsertion. Une belle histoire qui avait fait les beaux titres dans la presse à l’époque.

Détournement de subventions

Un programme de réinsertion professionnelle demande forcément un accompagnement et, dans le meilleur des cas, un soutien financier, le nerf de la guerre. L’unique subvention sur laquelle reposait ce beau programme a malheureusement été touché par les démons du détournement financier. En réalité, l’intermédiaire entre l’ONG et son bailleur principal -une fondation caritative suédoise dont venait tout leur appui – était un escroc : il a financé ses vacances (billets d’avions compris) pour lui et sa famille pendant six ans, compromettant tous les espoirs d’une lutte qui faisait la fierté de tous les acteurs du domaine.

Bossou, qui se réjouissait de ces avancées depuis plus d’une décennie (son action avait en effet réussi venu à bousculer la vision de la lutte contre les mutilations génitales féminines), vit présentement sous la menace d’une reprise clandestine de ces activités tragiques pour les femmes. Délaissées et sans revenus, il ressort de confidences recueillies auprès de quelques-unes des ex-exciseuses qu’elles pourraient rentrer en dissidence en reprenant leurs activités passées. Vu leur fonction sociale initiale, elles n’auraient aucun mal à créer « sous le manteau » une nouvelle zone ouverte aux mutilations génitales féminines.

La clé de la réinsertion professionnelle

Il faut bien comprendre que ces femmes ne peuvent relever le défi d’une nouvelle vie qu’à travers un réel projet de réinsertion. N’ayant appris qu’une seule chose durant toute leur vie, la pratique de l’excision, et ne sachant faire que cela, il leur faudra un maximum de bonne volonté et beaucoup de motivation pour faire face à deux difficultés : admettre la fin de leur période de gloire et accepter de se former à un métier différent et plus ordinaire.

Seule la réussite de la mise en place d’activités rémunératrices permet d’éviter le retour d’une pratique qui deviendrait plus clandestine encore, ce qui serait déplorable. Un échec serait un coup terrible porté à plusieurs années d’efforts. Il faut donc garantir un partenariat avec les ex-exciseuses afin qu’elles puissent se reconvertir. Ceci n’est en aucune manière une façon de les choyer, ni de céder à un quelconque chantage auquel on pourrait croire si on a une vision pessimiste de la lutte contre l’excision.

Si l’on veut être utile il est urgent de faire des exciseuses des alliées. Il faut trouver une solution qui leur convienne et ne les exclue pas, ainsi, peut-être arriverons-nous à faire disparaître les mutilations génitales féminines pour toujours.

Solo Niaré

Bossou, un exemple d’écolo village à l’ancienne

Le village de Bossou en Guinée forestière. Crédit photo : Solo

Le village de Bossou en Guinée forestière. Crédit photo : Solo

A 18 km de Lola dans la région de N’Zérékoré, un groupe d’étudiants japonais se fraie un chemin entre les venelles sillonnant entre les cases en banco de Bossou, une petite bourgade de la Guinée forestière au pied du Mont Nimba, qui suscite une curiosité à l’échelle mondiale, mon village. Je les croise non loin de « Wawi », un bar local où le « Yi poulou », le vin blanc, une décoction fermentée tirée de l’arbre à raphia très appréciée dans la communauté, est sirotée au quotidien par les habitués de ce bar rural. Les jeunes ressortissants du pays du soleil levant donnent l’impression d’être chez eux dans mon village. Je vois cela dans les salutations qu’ils ont avec les miens, les « Manon » qui les interpellent pour certains en « Maawe », le dialecte local, et pour d’autres en japonais approximatifs suivi d’un échange d’éclats de rire. Lorsque j’arrive à leur niveau, à mon tour, ils me gratifient d’un « I tchiowaaaa ! », ça va ? dans notre dialecte et de ce petit geste d’amabilité qui leur est familier, les deux mains collées sous le menton suivi de quelques hochements de la tête.

 

Taxi brousse en stationnement entre les allées du village de Bossou. Vincent Verroust

Taxi brousse en stationnement entre les allées du village de Bossou. Vincent Verroust

Ils sont là dans le cadre d’études spécifiques sur des primates vivant dans la forêt jouxtant le village. En effet, un petit groupe de chimpanzés vit depuis plusieurs siècles en symbiose sociale et spirituelle avec les populations de la contrée, qui trouvent en ces animaux un relais vers les esprits des ancêtres et leur vouent, de ce fait, une admirable vénération. Nous tirons, dans notre village, d’utiles présages dans chaque comportement de ces animaux. Ainsi, de leurs excitations bruyantes, il nous est possible régulièrement d’y saisir des signes annonciateurs de grands événements, comme la naissance d’un enfant prodige, le décès d’un grand notable, un grand conflit qui se profile, ou une sècheresse qui s’annonce, etc… Et en retour, en compensation de ce service rendu, nous leur attribuons des offrandes sous plusieurs configurations, individuellement ou tous ensembles lors de cérémonies annuelles, saisonnières ou de circonstance.

 

chimpanzé de Bossou, rencontré dans une friche agricole à proximité du village - Vincent Verroust

chimpanzé de Bossou, rencontré dans une friche agricole à proximité du village – Vincent Verroust

Cette adoration coutumière a contribué, à la fois, à la protection de l’espèce durant des siècles,  et a permis d’en faire un important relais pour un sujet d’étude scientifique. Et un sujet d’étude on ne peut plus sérieux, car les scientifiques japonais ont tout simplement implanté dans mon village une annexe de la faculté de primatologie de l’Université de Kyoto. Ce qui impose à ces étudiants un long séjour au contact des chimpanzés pour apprendre à bien les connaître et donc, par extension, les habitants de Bossou et leur mode de vie. Il n’est alors pas surprenant de les voir régulièrement, suivis de jeunes guides choisis dans le village, arpentant les collines ou assis à l’orée des broussailles, à l’affût d’informations sur l’objet de leurs études : les primates de Bossou.

 

 

Le marché hebdomadaire

La place du marché de Bossou. Crédit Photo : Vincent Verroust

La place du marché de Bossou. En arrière plan, la forêt jouxtant le village. Crédit Photo : Vincent Verroust

Alors qu’en milieu urbain, certains se hâtent de l’arrivée du week-end pour faire leurs emplettes, pour moi, durant mes séjours dans ce coin perdu au fond de la Guinée forestière, seul le mercredi m’offre cette opportunité. C’est le jour du marché hebdomadaire, il a lieu sur la grande place publique. C’est le jour où, à cause de l’affluence, on a de la peine à traverser le village d’un bout à l’autre. Des commerçants venant de plusieurs endroits viennent proposer leurs marchandises et s’installent sur les artères principales. Une occasion pour les villageois de se ravitailler en plus des ressources qu’ils tirent de leurs activités agricoles, maraichères et fermières. Le troc est courant pendant ces jours de négoces, il m’est arrivé d’échanger une torche électrique à pile contre un régime de bananes plantain dont je raffole. Ce marché est une véritable ambiance de fête. Il m’est arrivé quelques fois de voir la population du village passer du simple au triple.

 

Fête traditionnelle

J’emprunte le taxi brousse à partir de Lola, la dernière grande ville avant Bossou. Dix-huit kilomètres pénibles et lancinants d’une piste en latérite rouge et parsemée de nids de poule séparent les deux bourgades. Ces taxis-brousse, toujours bondés de monde, sont les seuls moyens de transports de la région. J’essaie de cacher mon embarras, due à la promiscuité provoquée par le confinement dans lequel je me trouve avec les huit autres passagers du véhicule, une très ancienne Renault 18 de fabrication française. J’ai à chaque fois le sentiment de ne pas être crédible quand je raconte la scène qui se joue dans le huis-clos de ces vieux véhicules de transport : quatre passagers à l’arrière et quatre autres devant, est déjà en soi un acte de bravoure, mais la scène la plus incongrue, si tant est que l’on me croit, reste celle du chauffeur actionnant régulièrement le levier de vitesse qui passe entre les cuisses d’un des trois passagers assis sur la même rangée que lui. Je pouffe un très discret rire en pensant au fait qu’un jour, ce passager pourrait être une respectable dame pudique. L’offense serait juste à portée de levier.

Janvier est la période où je m’organise pour ne rien rater de la grande curiosité de Bossou qui est sa rencontre annuelle dénommée la fête des montagnes, d’inspiration animiste. Un événement qui regroupe toute la communauté Manoh du pays et celle résidant en Côte d’Ivoire et au Libéria, pour dire que le tracé des frontières des pays africains a été d’une absurdité jusqu’ici incompréhensible pour nous.

Masque sacré de Bossou. Crédit photo : DR

Masque sacré de Bossou. Crédit photo : DR

Cette fête coutumière est un rendez-vous de renommée mondiale au cours de laquelle le village devient une destination touristique très demandée. Je tire une certaine fierté de la capacité d’accueil du village qui se voit durement mise à l’épreuve sous l’effet de l’affluence des curieux et fidèles habitués. Le rituel précédant la sortie des masques sacrés est un spectacle d’une impressionnante mise en scène. Avec pour thématique centrale la relation séculaire entre les Manoh et les Chimpanzés, il n’est plus alors à rappeler que la pérennité de ce grand événement dépend principalement de ces primates. Le type de protection dont mon village a, de ce fait, entouré ces primates depuis toujours en les sacralisant, peut être considéré comme salutaire au regard de leur grand nombre, contrairement à d’autres régions où la chasse pour la viande de brousse et le braconnage ont fini par décimer l’espèce. L’inscription des collines de Bossou dans l’aire centrale de la réserve de biosphère des monts Nimba peut donc être perçue comme une aubaine supplémentaire dans la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique.

Les villageois, les invités et tous les autres visiteurs sont friands de toute la partie rituélique de la rencontre. Elle s’annonce par un long et lointain entonnement de chants polyphoniques venant de la forêt où résident les primates, soutenus par de virtuoses percussionnistes et flutistes. Le grand prêtre de la forêt sacrée fait ainsi son entrée spectaculaire pour conduire la cérémonie des offrandes aux esprits des ancêtres. Plusieurs notables du village et des troubadours, qui esquissent de virevoltants pas de danses, l’accompagnent sur une plateforme dressée au milieu du village faisant office de temple. Les masques sacrés sortent aussi à cette occasion et demeurent une des attractions les plus appréciées et commentées par la foule de badauds venue d’un peu partout.

L’imposant Mont Nimba, culminant à 2500m d’altitude, surplombe tout ce panorama. A la voir, je la regarde toujours comme une sentinelle prenant avec le plus grand des sérieux son travail de perpétuation de cette belle tradition qui assure la survie d’une espèce animale en danger d’extinction.

Solo