Le yoyo d’ebola : une histoire dont les héros sont connus

La Guinée, toujours en proie à la pire épidémie de fièvre Ebola, fourmille encore de stations de lavage des mains à l’eau chlorée devant ses lieux publics qui favoriseraient une contamination de masse. Ces caractéristiques bassines bleues, vertes, rouges ou blanches à robinet, remplies de solutions granulées, presque devenues l’image d’Epinal du pays, montrent à quel point Ebola est loin de s’essouffler. Au contraire, tout laisse croire, vue l’imprévisibilité et l’enchaînement des foyers naissant, que l’épidémie s’y plaît dans un total confort au grand dam du bataillon d’ONG déployé dans tout le pays pour le combattre.

Ebola : Dispositifs de désinfection des mains dans des bassines d'eau chlorée en Guinée

Ebola : Dispositifs de désinfection des mains dans des bassines d’eau chlorée en Guinée

Elles sont pléthoriques, ces ONG : OMS, UNICEF, MSF, UNMEER, OIM, CDC, SAVE THE CHILDREEN, Croix rouge, MSF, OSIWA, le 2e régiment de dragons de l’armée française pour ne citer que celles-ci, et malgré tout, leur impact reste mitiger après 18 mois de terrain. Après plusieurs annonces spectaculaires de promesses d’une fin prochaine de l‘épidémie dont le « plan zéro Ebola en 60 jours », un fiasco qui a pris fin le 10 mars et le « plan de riposte intérimaire » fixant le 15 avril comme objectif, les populations sont toujours dans l’expectative et dans la hantise, effarées de constater jour après jour l’intensification et la réapparition soudaine de nouveaux foyers dans d’autres zones à l’absence de cas source.

Ebola - Parc automobile des ONG à Dubrékà - Guinée

Ebola – Parc automobile des ONG à Forékharia – Guinée

Les réticences

La récurrence de cette situation a été attribuée, en grande partie, à une inefficacité dans le suivi des contacts et, malheureusement dans certaines zones, à l’extraction difficile des cas suspects identifiés et les enterrements en catimini non sécurisés auxquels ces populations s’adonnaient. A ces faiblesses déjà constatées, contre lesquelles tous les efforts actuels s’orientent, s’ajoutent la question sensible de l’inadaptation de la sensibilisation selon les différentes zones. Tous les signaux préconisent d’associer très fortement les notabilités (les religieux, les patriarches et les femmes âgées) de ces zones à la riposte contre l’épidémie et de montrer un espoir de libération rapide des personnes détenues pour des actes répréhensibles de résistance. Sans cela, les communautés concernées continueront de nourrir un sentiment de peur lié aux interventions des forces de sécurité et, par conséquent, continueront toujours de se dissocier, comme c’est le cas, de toutes les démarches entreprises par les autorités administratives sur le terrain.

Le 29 mai les jeunes du quartier de Toumou à Kamsar se sont opposés violemment au transfert d’une patiente suspecte avec agression d’un Imam (photos Touré Demba)

Le 29 mai les jeunes du quartier de Toumou à Kamsar se sont opposés violemment au transfert d’une patiente suspecte avec agression d’un Imam (photos Touré Demba)

En effet, plusieurs emprisonnements avaient été effectués suite aux premières réticences aux exigences contre la chaine de contamination. Les communautés vivent avec l’amertume de ces arrestations encore toutes fraîches dans leur mémoire et semblent donc garder de la compassion à l’égard de ces personnes toujours en prison. A rappeler que ces populations, comme certains observateurs, ont également du mal à comprendre la découverte de cas confirmés, apparus comme par magie et qui ne remontent à aucun cas source dans leur communauté, comme si la recrudescence de l’épidémie profiterait à un esprit malveillant. A l’absence d’une réponse claire à cette situation étrange, ces communautés n’hésitent pas à lier ces incongruités aux essais vaccinaux en cours sur le terrain.

Évolution des taux d’incidence pour 10000 habitants des cas confirmés déclarés pour la capitale et les préfectures proches des semaines 39/2014 à 22/2015 (Coordination nationale)

Évolution des taux d’incidence pour 10000 habitants des cas confirmés déclarés pour la capitale et les préfectures proches des semaines 39/2014 à 22/2015 ( Prof. René Migliani & Coordination nationale)

Quand l’épidémie rime avec perdiem

Comment expliquer alors qu’il suffit que les statistiques montrent un certain recul pour que plusieurs nouveaux cas voient subitement le jour dans des régions éloignées des foyers récents ? Cette interminable évolution en dents de scie devrait tenir compte d’un aspect qui n’a pas profondément été analysé jusqu’à présent et qui serait, d’après des rumeurs à prendre au sérieux, celui des agents qui s’engagent dans la lutte, plus pour la fortune amassée que pour l’éradication réelle du mal. Négliger l’appât du gain de ces personnes mal intentionnées, sans revenus il y a deux ans et qui, grâce à l’épidémie, affichent un salaire brut moyen de 2.000 $ et des per diem de 100 $ par jour serait un leurre. Il est possible que certains de ces agents causent intentionnellement la propagation de l’épidémie devenue une manne. Ce qui laisserait à penser que le ver serait dans le fruit et en train de se repaître tranquillement.

A suivre…