dans Fenêtre sur l'Afrique

Yennega, l’épopée des Mossis au théâtre

Après avoir pris place dans l’exiguïté de la petite salle du Bouffon Théâtre dans le 19e, au milieu d’une quarantaine de spectateurs, selon toute apparence en grande majorité acquise à Roukiata Ouedraogo, la comédienne à l’affiche de « Yennega, l’épopée des Mossis », je découvre sur la scène un décor très épuré, constitué d’un siège qui trône légèrement au fond, entouré d’une pléthore d’instruments de musique. Ce constat se joint alors à l’appréhension initiale que le titre même du spectacle m’avait inspiré pour la première fois : une épopée d’un grand peuple et, de plus, celui des Mossis, présentée en « one woman show » était, de tout point de vue, un très gros et difficile challenge. J’avais hâte de voir comment elle allait seule s’y prendre et trépignait à ma place pour l’ouverture des rideaux.

Roukiata Ouedraogo interprétant Yennaga, l'épopée des Mossis au Bouffon Théâtre

Roukiata Ouedraogo interprétant Yennaga, l’épopée des Mossis au Bouffon Théâtre

La présentation d’ouverture qu’on fit également de la comédienne me laissa très dubitatif sur le déroulé de la soirée après une journée parisienne bien maussade : « Mesdames et Messieurs, je vous laisse découvrir le spectacle de la belle Roukiata Ouedraogo », ainsi l’avait on annoncé. Je me dis alors que soit elle le jouera sur sa beauté, soit la multitude d’instruments de musique viendra soutenir le spectacle, comme souvent quand la performance de l’acteur ou la mise en scène affiche quelques faiblesses.

Voilà alors, la comédienne qui fait son apparition juste après son musicien. Elle plante le décor vers les années 1110, en pleine période de friction entre des Malinkés aux velléités expansionnistes et un peuple Mossis leur opposant une farouche résistance. C’est dans ce contexte qu’un roi de ces contrées, celui du royaume de Dagomba qui eut une fille, l’éleva et lui prodigua un enseignement digne d’un prince héritier. Yennega, de son nom, rôle centrale de la pièce, apprit à se battre comme un homme et devint une redoutable amazone à la tête de l’armée de son Royaume. Sa bravoure et ses exploits firent d’elle la guerrière la plus à craindre.

Mais, chassez le naturel, il revient au galop. Yennega cède devant l’appel de la nature et manifeste le désir de connaitre les joies d’une vie de couple contre l’avis du roi, son père. Elle s’enfuit et croise un vaillant chasseur d’éléphant dont elle s’entichera. Suite à une belle idylle qu’ils vivront ensemble, naitra un fils qu’elle retournera présenter à son père. Un accueil exceptionnel leur sera réservé suivi de réjouissance digne de son rang de princesse.

Comme dans un conte et se servant des mêmes codes, à la seule différence que les personnages ne sont pas laissés à notre seule imagination, Roukiata Ouedraogo nous tient en haleine en les interprétant tous, 50 minutes durant, avec un humour dont on se rappèlera . Sa performance est bluffante et le texte, dont elle est l’auteur, bien écrit, mais souffrant de quelques anachronismes que j’ai pu relever. Comme par exemple des coups de fusils au début du Xe siècle où l’usage de la poudre à canon n’avait pas encore dépassé les frontières de l’Empire du milieu ; l’empire du Ghana pendant cette période ne se situait pas au Sud du royaume Mossi, mais plutôt vers l’Ouest et avait connu son déclin un siècle plus tôt ; les incantations de Domba, la sorcière ne pouvaient pas être « écrites » dans la mesure où seulement l’oralité était reconnue comme le propre des anciennes traditions Mossis.

Ces remarques ne changent en rien au plaisir de ce spectacle que je vous recommande d’aller voir. J’ai ri et je me suis bien régalé.

The following two tabs change content below.
Solo Niaré : Volontairement éclectique et pas que ! En ces lieux : excès d'Afrique | #Excision | #Paludisme | Accès à l'eau potable | Finance | et le tout validé par Obi-Wan Kenobi.

Ecrire un Commentaire

Commenter

  1. Merci bien Solo pour cette transversalité que tu as à parler de l’Afrique. J’ai lu le billet et je puis dire qu’il est très digeste. Chapeau à toi !